Vous êtes ici : Accueil > Randonnées > Alpes 2001 > J21 : Malciaussia - Bussoleno
Publié : 6 avril 2010

J21 : Malciaussia - Bussoleno

Joli paysage au Lago Nero puis interminable descente vers Bussoleno, terme de l’épopée alpestre de cette année.

Durée 6h Météo Soleil puis pluie
Dénivelé + 700 m Température 22°C
Dénivelé - 2000 m Lacs général ***
Date 27/7/2003 Lacs nageables ***

 

Réveil à 7:00. Beau temps. Lents à se mettre en route. PDJ Muesli, préparation des sacs et direction albergho pour prendre les pic-nics et les fruits et payer. Départ à 9:30 et arrivée au Lago Nero à 10:15 (photo à droite). Pêches délicieuses. Le temps se couvre de plus en plus et le lac est à 14°C au bord. Bof… STF fait quelques brasses pendant que CHR va se raser au torrent. Soupe à l’oignon ignoble selon STF et pas glorieuse selon CHR. Heureusement il y a les pannini de la Nonna.

Montée vers le Col puis longue, interminable descente vers Bussoleno par un temps très changeant. Nous nous trompons de chemin, avons faim car n’avons plus un gramme de nourriture.

Arrivée au but de notre randonnée : Bussoleno. Petit village quelconque mais dont nous retiendrons le nom toute notre vie puisqu’il est le point final d’une randonnée folle de 450km, 35km de dénivelés positif et négatif ! Pluie forte. Direction camping que nous avons beaucoup de mal à trouver. Finalement, nous y arrivons pour nous trouver devant un écriteau indiquant qu’il est fermé pour cause d’inondations. On en aura une belle démonstration ce soir. Nous passons au Di Per Di pour un premier ravitaillement fruits et yoghourts et mettons le cap sur le second hôtel du village, le premier nous ayant refusé (tenue de CHR ?). Petite chambre avec terrasse, douche. Souper hypra-copieux : pain, mortadella, tomates, fromages, yoghourt et aubergines-anchois. Petit tour dehors, arrêt-refuge devant les valves communales du Parti Fasciste le temps que le déluge se calme. Retour à 22:00.

Le lendemain, rejoignons Torino puis Milano en train. Puis prenons un vol Virgin pour Bruxelles après avoir dévalisé le marché de Centrale en pêches.