Vous êtes ici : Accueil > Randonnées > Mercantour 2005 > J03 : Pont Rouge - Larche
Publié : 8 avril 2010

J03 : Pont Rouge - Larche

Mauvaise météo et affreuse journée pour CHR, liquidé, sans souffle et sans jambes

Durée 3h Météo Pluvieux
Dénivelé + 350m Température 14°C
Dénivelé - 350m Lacs général N/A
Date 18/7/2005 Lacs nageables N/A


Lever à 6h15. De façon inattendue et alors que tous les paramètres étaient bien orientés (bon sommeil, micro-siestes aux pauses, bon repas d’un bon appétit), CHR est en super méforme : vertiges, pas de jambes, compression cage thoracique. La météo est de plus en plus orageuse. Démarrons à 7:58 après un bon PDJ de céréales et pain d’épices. CHR marche loin derrière d’une allure affligeante, broyant du noir foncé, se demandant quand il allait s’effondrer. Arrivés à la départementale que nous croisons, commençons à nous élever vers le but théorique de la matinée : le Col de Roburrent. CHR de plus en plus mal malgré une allure proche de l’immobilisme total. Quelques gouttes de pluie n’arrangent rien. A 2200m, un groupe vieux montagnards s’arrêtent près de nous. Une vieille dame alsacienne en pleine forme remarque l’état d’extinction de CHR et nous conseille de redescendre nous reposer à fond, en terminant chaque journée par une plâtrée de pâtes pour redémarrer correctement la journée suivante. Redescendons donc tant bien que mal pour CHR à la route, où un couple nous prend en stop jusqu’à Larche, ce qui ne casse pas l’itinéraire pédestre puisque nous retournerons au Pont Rouge le lendemain à pied. Les gîtes sont pleins. Nous nous rabattons vers le Camping des Marmottes à 12:30. Le gérant nous propose un terrain relativement abrité par de jolis pins car on annonce orages et averses (j’espère qu’il a un bon paratonnerre !). CHR monte la tente couché par terre, au ralenti. Puis allons au resto du camping où nous commandons un plat de pâtes bolognaise et une lasagne. CHR sur-épuisé mange le ¾ du plat de pâtes en 50min ! Liquidé. De retour à la tente, CHR se glisse dans son sac de couchage et dort lourdement de 14 à 17:00, finalement réveillé par un cauchemar de chasses de hauts dignitaires nazis dans un marais. Pendant ce temps, STF est parti marcher jusqu’au Pont Rouge. Encore un peu de repos pour CHR puis préparons à manger. Dodo à 21:30. A 23:30 commence le cataclysme qui durera 2h, une succession d’orages et d’éclairs ultra-violents puis des pluies torrentielles. Heureusement, nous sommes un petit peu protégé par ces beaux pins. Avons eu peur de la foudre à une seule reprise.

Deux aspirines pour CHR, cache-yeux (reçu dans les avions) super efficace pour les siestes de jour. Moral au plus bas pour CHR, vertiges, compressions thoraciques et envies continues d’abandonner.