Vous êtes ici : Accueil > Randonnées > Mercantour 2005 > J11 : Lac Nègre - Le Boréon
Publié : 8 avril 2010

J11 : Lac Nègre - Le Boréon

 

Durée 8h30 Météo Soleil, couvert
Dénivelé + 1000 Température 24°C puis 16°C
Dénivelé - 1800 Lacs général  
Date 26/7/2005 Lacs nageables  


Réveil 6:00, départ 7:45. Il fait déjà très beau. Montons au Col de Fremamorta. CHR en super forme cavale en tête précédé d’un chamois qui garde prudemment deux virages d’avance. Au Col, nombreuses photos, lacs côté français puis côté italien avec le bunker et Prefouns au loin.
Cime Fremamorta
Lacs de Frémamorte


Vue italienne depuis le Col de Fremamorta 

Descendons vers le premier lac italien vers 9:15 et c’est là que le spectacle commence : de tous côtés, des familles de chamois gambadent, traversent le chemin et vont se poster un peu à l’écart. C’est magnifique, nous en dénombrons au moins 50.
 

Ravis, éblouis, nous continuons de descendre, seuls, et nous arrêtons pour une pause au second lac de Fremamorta (10,5°). CHR et STF font un peu de natation dans un paysage sublime de type Pombie. Ensuite, repartons réchauffés par le soleil. Croisons quelques randonneurs italiens (à la journée). Parvenons au 3è lac, bifurquons à droite et partons vers la vallée (Casa Reale di Caccia).


Col de Fremamorta
Baignade au Lac de Fremamorta

Descente correcte, parfois un peu glissante sur des cailloux non stabilisés. Après plus d’une heure de descente, nous arrêtons à côté de quelques torrents quasiment à sec mais suffisants pour cuisiner. Un peu d’ombre inespérée grâce à quelques arbrisseaux nous permettent d’envisager une micro-sieste devant un panorama très complet sur toute la chaîne de l’Argentera

 

Dès la fin du repas, les canadiens partent. Nous les suivons 1/2h plus tard. La descente se poursuit, difficile, sur un chemin à nouveau peu ou pas entretenu. Parvenons finalement à la bifurcation du chemin qui part de la vallée vers le Col de la Cerise (Ciriega). La montée est longue sur un chemin pas toujours praticable. Toute la dernière partie de l’ascension se passe dans les éboulis, une fois de plus en Italie. Rejoignons les canadiens au bunker du Col avant de descendre vers le Boréon. Aux alentours du Lac de Cerise, pas mal de chamois dont un qui s’allonge sur un beau rocher plat pour faire une sieste (?).

Continuons la descente plus verdoyante pour finalement aboutir dans les sous-bois au-dessus du Boréon. A la Vacherie du Cavalet vers 1835m, tombons nez à nez avec un chamois pas très farouche. Continuons ensuite la descente raide dans le sous-bois et parvenons au Gîte du Boréon vers 18:30, exténués, tous. Décidons d’aller faire un tour dans le village, côté parking et côté lac/barrage pour trouver un site campable mais sans succès. Revenons alors au gîte et montons les tentes juste en face d’icelui sur des plate-formes herbeuses et alors qu’il se met à pleuviner. Zut. Une colonie de vacances occupe le gîte ainsi qu’une dizaine de randonneurs. CHR part se laver au ru, quelques virages plus haut dans les bois. Le repas est servi à 20:15, après la colo. Faisons connaissance avec le fils du patron qui a complété les courses de ravitaillement faites par son père selon le fax de CHR. Il nous présente ses achats et nous sommes ravis. Partons manger avec 3 autres randonneurs : soupe aux légumes et pain gris, côtes de porc et riz à la niçoise et une énorme salade verte bien assaisonnée pour finir. L’ensemble est très copieux et délicieux, nous en profitons pleinement malgré notre épuisement. Gâteau au chocolat assez léger dans sa crème anglaise. Sortons à 22:00, STF et CHR font une promenade digestive d’1/2h avant de revenir au campement se coucher. Dodo 22:45.